Gaza : non à la répression sanglante par l’armée israélienne

L’armée israélienne a tiré à balles réelles pour réprimer dans le sang la manifestation des habitant-es de Gaza, enclave dans laquelle ils et elles sont enfermé-es depuis une décennie du fait du blocus israélien. Cette marche du retour pacifique a été entamée pour à la fois protester contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël en violation du droit international et commémorer les 70 ans de la Nakba – la catastrophe qui symbolise l’expulsion en 1948 de 700 000 palestiniens.

Le bilan est déjà lourd plus de 50 morts et de 2000 blessé-es, dont des enfants et plusieurs journalistes palestiniens. Au même moment, le président américain Donald Trump saluait le transfert à Jérusalem de l’ambassade des États-Unis comme « un grand jour pour Israël » au mépris du droit international.

Europe Écologie – Les Verts répète ses alertes sur les conséquences de la politique de Donald Trump qui rompt avec des années de diplomatie multilatérale américaine. Politique dont il avait déjà donné un signe avant-coureur en sortant de l’accord sur le climat. Après Jérusalem, son rejet de l’accord sur le nucléaire iranien est une nouvelle confirmation de l’orientation dangereuse du gouvernement américain.

Ces actes unilatéraux, irresponsables et mortifères du président de la première puissance du monde font encore une fois d’un Moyen-orient, déjà meurtri par plusieurs conflits, une véritable poudrière.

C’est pourquoi EELV condamne l’utilisation par l’armée israélienne de balles réelles contre des manifestants pacifiques de la Marche du retour.

Elle demande au président Macron d’assumer ses responsabilités de membre du Conseil de sécurité en haussant le ton pour exiger que  le gouvernement israélien mette fin à cette répression sanglante qui viole le droit international

EELV réitère sa condamnation ferme de la décision de Donald Trump, contraire au droit international, de transférer le siège de l’Ambassade des États-unis à Jérusalem qui ouvre une crise internationale qui est entrain d’enflammer la région.

EELV rappelle son attachement au règlement pacifique du conflit israélo-palestinien, et au droit international qui stipule la reconnaissance des droits du peuple palestinien à un État à côté de celui d’Israël avec Jérusalem comme capitale pour les deux États.

Enfin EELV rappelle son soutien à la campagne de libération des 300 enfants mineurs palestiniens et se joindra aux prochaines manifestations en France pour protester contre cette répression sanglante.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole

Remonter