L’opposition dénonce l’abandon du centre-ville au profit de la périphérie

«Entre le retail-parc qui se construit à Lescure d’Albigeois à côté du Leclerc et la destruction de la ferme de Renaudié pour faire place à un immense Leroy Merlin, il faut maintenant arrêter.» Roland Foissac (Parti communiste) ne décolère pas contre ces aménagements, qui vont faire place à de nouveaux centres commerciaux en périphérie d’Albi.

«Il faut un moratoire sur les constructions. Trouver de nouvelles solutions pour revitaliser le centre-ville. Amener à nouveaux des boulangers, des épiciers, des bouchers dans la cité.» Pascal Pragnère (EELV) est sur la même longueur d’onde. «On sait que la vacance des commerces n’existe pas qu’à Albi. Mais d’autres municipalités ont pris le taureau par les cornes.» Il prend l’exemple de Bourges. «C’est un maire de droite (UDI), qui a pris la décision d’un moratoire dans la construction de zones commerciales dans sa ville, en attendant de trouver des solutions pour redynamiser le centre.»

«Cette politique du tout pour les grandes enseignes a assez duré» renchérit Dominique Mas (Front de gauche).

Trouver des solutions au plus vite

«Comment faire revenir les commerçants dans le centre ? Par des aides municipales pour payer une partie de leur loyer. Pourquoi ne pas utiliser des locaux municipaux, qui au lieu d’être vendus aux promoteurs, pourraient être dédiés à ces artisans ?» appuie Roland Foissac.

«La maire Stéphanie Guiraud-Chaumeil ne cesse de dire que tout va bien dans le centre. C’est faux. Les commerces ferment. Pourtant, il y a des gens qui habitent ici, dont beaucoup de personnes âgées. Je pense qu’ils aimeraient avoir des commerces de bouche à proximité plutôt qu’une conciergerie où il n’y a jamais personne» estime Pascal Pragnère. Il rajoute : «S’il n’y avait pas de problème, je ne vois pas pourquoi Albi a présenté un dossier, pour faire partie des 222 villes qui vont bénéficier par le gouvernement, de 5 milliards en 5 ans pour redynamiser les cœurs de ville.»

«J’avoue que l’on a tous en travers de la gorge, la démolition de la ferme de la Renaudié» insiste l’élu communiste. «Avec toutes ces zones commerciales qui se montent sur l’Albigeois, on se demande à quoi jouent la municipalité et l’Agglo. Parfois, je trouve cela suspect» renchérit Roland Foissac.

«Pire encore. La Renaudié et Lescure vont très vite se développer et faire de Puygouzon une friche commerciale, dont on ne saura que faire. On est en train de tuer le commerce du centre-ville, mais aussi celui des petites communes de l’Agglo. C’est la politique du pire» conclut Pascal Pragnère.

Remonter