Région : Europe écologie fait son bilan

Les élus d’Europe Ecologie les Verts (EELV) dressent un bilan plutôt positif de leur participation à la majorité régionale depuis deux ans aux côtés de Carole Delga la présidente socialiste. Hier, ils ont passé en revue les bons et mauvais points de ces derniers mois. «La délégation écologiste pèse 14 élus.

On n’économise pas notre peine pour que les électeurs voient le résultat de notre présence dans la majorité au niveau régional» avance Guillaume Cros, élu tarnais. Véronique Vinet, la coprésidente du groupe EELV à la Région, pointe plusieurs motifs de satisfaction : «sur la méthode de travail car nous sommes vraiment dans la coconstruction, sur la démocratie avec une façon d’intéresser les élus dans les commissions qui ne sont pas des chambres d’enregistrement, dans les États généraux du rail avec de nombreuses réunions, des questionnaires et une restitution transparente.» Les élus écologistes se félicitent de l’expérimentation du budget participatif dans quatre lycées pilote d’Occitanie et de la mise en place de l’assemblée des territoires qui figurait dans le programme de leur chef de file Gérard Onesta. Sur le volet agriculture, Véronique Vinet est plus mesurée : «Nous avons encore une bataille d’idées à mener. Nous sommes pour une agriculture paysanne, respectueuse de l’environnement mais nous sommes face à une industrie. Nous avons réussi à faire augmenter le budget consacré à l’agriculture bio mais pas assez». Pour Guillaume Cros, Europe Ecologie défend l’idée de l’Occitanie «terre d’accueil pour les réfugiés. Il y a beaucoup d’endroits dans la région où l’accueil se fait bien mais on ne le dit pas…» Élu des Hautes-Pyrénées, Romain Pagnoux souligne la mise en place d’un plan foncier régional «pour soutenir l’installation des jeunes agriculteurs».

Reste tout de même un différend avec la présidente, sur l’autoroute Castres-Toulouse. Nicole Fréchou, militante sud-tarnaise, indique que les opposants «regardent les recours éventuels. Il se passera encore du temps avant la déclaration d’utilité publique et puis il y a deux élections importantes qui peuvent changer les choses.» Guillaume Cros reste, lui,, sur sa position : «cette autoroute est une aberration environnementale, qu’il faudra payer très cher et qui ne fera pas venir d’activité.» Et de maintenir l’idée d’un aménagement de la RN 126 existante.

EELV présent aux législatives

Ce n’est pas encore annoncé officiellement mais EELV a investi trois candidats pour les législative s de juin : l’Albigeois Pascal Pragnère sur la 2e (Albi-Gaillac), Stéphane Deleforge sur la 3e (Castres-Mazamet) et «une candidate non-encartée» sur la 1ère (Albi-Castres). Les écologistes se disent partisans de candidatures uniques à gauche sur les trois circonscriptions avec le PS, le PC et les Insoumis.

E.B.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/16/2536968-region-europe-ecologie-fait-son-bilan.html

Remonter