ZAC Portes du Tarn : de lapa(g)lissades en lapa(g)lissades

Ce que nous appelons encore la SPLA les Portes du Tarn (en attendant soit sa dissolution finale soit sa mutation mystérieuse) est une structure pleine de ressources créatives. Nous avions déjà noté sa capacité à contredire les annonces qu’elle avait elle même formulées1. Non seulement elle persiste dans cet exercice, mais elle y rajoute une compétence nouvelle : faire prendre des vessies pour des lanternes.

Au registre des reniements, le compteur affiche +1 (soit un total de 5 selon notre comptabilité). La dernière en date concerne l’entreprise « Terre de pastel » dont l’installation avait été annoncée lors de l’inauguration du 6 juillet 20172. Il est vrai que la SPLA avait minimisé la communication à propos de cette hypothèse et passé les festivités de l’inauguration le nom de cette entreprise avait disparu des tablettes de la ZAC. Nous apprenons que cette entreprise s’installera dans le parc d’activités de Labège3 (Labège Enova) et s’implantera sur 5 hectares dédiés à la culture du pastel…

Pour ce qui est de la compétence vessie vs lanterne, elle nous est livrée pour la seconde fois à propos de la thématique « économie circulaire » brandie comme une bannière mystique par les promoteurs de ce projet de ZAC. Incrédules que nous sommes, nous osions exprimer notre scepticisme quant à la réalité de ce concept appliqué à cette zone. Nous avions essuyé un premier démenti cinglant : l’économie circulaire sur la ZAC c’est quand on creuse et que la terre est utilisée quelques mètres plus loin pour faire le pont au dessus de la voie ferrée ! Notre posture critique est de nouveau ébranlée par une nouvelle intervention de la ZAC circulaire : les jardins partagés. 2 500 m² seront consacrés à du jardinage où les pratiques de compostage démontreront la pertinence du cycle vertueux des pratiques collaboratives. Dans le langage officiel ça donne : « Cette initiative s’inscrit tout naturellement dans la démarche d’économie circulaire du
projet »4.

Bon, qu’il faille se focaliser sur un quart d’hectare pour justifier le gaspillage de 2175 autres hectares est assez surréaliste. Par contre que rien ne soit dit sur les négociations à propos de Buzet relève à l’évidence du manque d’à-propos : deux ans de réunions pour constater un désaccord. Voilà une pratique circulaire bien spécifique à ce projet : tourner en rond.

1 Cf notre communiqué du 6/02/2018 « de reniements en reniements »
2 http://chantierportesdutarn.blogspot.fr/#!/2017/07/terre-de-pastel-et-lead-tech-vont.html
3 https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/23/2747897-labege-coup-envoi-silicon-valley-toulousaine.html
4 http://www.portesdutarn.fr/jardin-partage-aux-portes-tarn-reunion-publique-5-mars/
5 Source SMIX : compte rendu au concédant pour l’année 2016, p 6 : acquisitions foncières

GAT EElv Lavaur-Graulhet-Saint Sulpice – François Rivals

Remonter