ZAC Portes du Tarn : grandes pompes et petits souliers

Nous ne sommes plus à un paradoxe près.

Jeudi, messieurs Carcenac, Bonhomme et Chorro organiseront une inauguration festive de l’échangeur n°5 de l’A68 (échangeur des Portes du Tarn). Pour l’ouverture officielle de ce symbole du libre échange, nous apprenons que les entrées seront particulièrement filtrées et que les forces de l’ordre seront bien visibles. Les 35 millions € engloutis dans le bitume de cet échangeur (et le pont au dessus de la voie ferrée) sont bien sortis des poches des contribuables locaux mais il n’est pas prévu qu’ils soient de la fête… Démocratie participative1, quand tu nous tiens !

Autre bizarrerie : pour cette manifestation « en grandes pompes » nous en connaissons qui seront dans leurs petits souliers. Ces « Messieurs les Responsables » souhaitent faire la publicité autour de ce projet censé répondre à une demande pressante d’industriels hors normes. Compte tenu de l’imbroglio administratif dans lequel ils se sont eux mêmes enfermés2, nous leur souhaitons bien du courage pour trouver les éléments de langage vantant ce lieu sans élucider l’impasse juridique qui englue tous prémices de projet économique. Buzet reste un caillou dans leurs chaussures qui laissera des traces au delà d’une éventuelle résolution.

Mme Rondi, elle aussi, sera dans ses petits souliers. Quelques heures après avoir trinqué avec ces hôtes, elle viendra s’asseoir sur ce qui ressemble de plus en plus à un siège éjectable : son fauteuil de maire. Les rumeurs de démissions enflent parmi les listes d’opposition, les petits arrangements en vue de constituer des listes électorales vont bon train. Pour la CCTA et donc pour la ZAC cette perspective est synonyme d’hibernation. Au bas mot, 6 mois de plus à attendre. Nous serons ainsi à mi mandat et la CCTA n’aura pas beaucoup avancé. Le planning prévisionnel des recettes de la ZAC ne sera pas respecté contrairement à celui des dépenses …

Probable également que M. Chorro sera lui aussi dans ses petits souliers. Il avait fait fuité l’implantation potentielle d’un incinérateur sur la zone des Portes du Tarn3. Nous apprenons que ce projet est à l’étude sur le site de Labessière Candeil4. Encore une promesse qui s’évapore. Du coup la liste des entreprises qui ne viendront pas s’installer sur la ZAC commence à être conséquente.

Nous n’oublierons pas M. Carcenac. A quelques semaines de sa démission du Conseil Départemental, M. le Président effectuera sans doute son dernier voyage sur cet espace qu’il imaginait Eldorado tarnais. Puisqu’il va occuper à temps plein son siège de sénateur, nous lui conseillons la lecture du rapport très critique rédigé par ses collègues de la Haute Assemblée sur « les impacts environnementaux des grands projets d’infrastructure »5. Fort de son expérience (douloureuse) il pourra compléter ce rapport démontrant l’inefficacité des procédures de compensation écologique en prenant l’exemple de la zone humide de la ZAC et de Sivens.

On le voit, cette inauguration en grandes pompes sera, par bien des aspects, funèbre.

Groupe local Europe Écologie – Les Verts Lavaur-Graulhet -Saint Sulpice

1 Le conseil Départemental du Tarn, présidé par M. Carcenac, mettait un point d’honneur à promouvoir une démarche de participation citoyenne. Mais ça, c’était avant !

2 Le contentieux juridique à propos de l’entrée de Buzet dans la Communauté de Communes du Val d’Aïgo a été initié par le Conseil Départemental 81 et la CCTA. Le recours auprès du Conseil d’État qui en découle bloque toute procédure de conciliation.

3 Cf article « les portes du Tarn : la commercialisation bat son plein ! » paru dans la revue « Entreprises Midi Pyrénées » d’octobre 2016

4 Cf article de la Dépêche du Midi « Trifyl : ambitieux projet » du 28 juin 2017

5 « compensation aux atteintes de la biodiversité : construire le consensus » tome 1 et 2 paru le 11 mai 2017 www.senat.fr, cf article paru dans « le Monde »11/5/17 « Notre Dame des Landes : l’impossible compensation écologique de l’aéroport

Remonter